Le combat de Memed le Mince ou le rêve d’une société plus juste

Gazettarium

Yaşar Kemal Yaşar Kemal

Yaşar Kemal s’est éteint l’hiver dernier, à l’âge de 92 ans. À l’enterrement de ce maître de la littérature turque, la tristesse était palpable dans la foule hétéroclite qui se pressait devant la mosquée de Teşvikiye, situé dans un quartier bourgeois sur la rive européenne d’Istanbul. Des hommes politiques et des figures éminentes du monde du livre étaient présentes aux côtés de simples citoyens émus par la mort de l’auteur des textes de leur enfance.
Yaşar Kemal a écrit plus de plus de vingt romans, mais c’est son troisième, Memed le Mince (1955), qui reste le plus célèbre. L’histoire se déroule dans le village fictif de Dèyirmènolouk, où un agha (mot turc signifiant « maître », « seigneur ») prénommé Abdi, égoïste et vil, règne sans partage sur quatre villages et exploite les paysans sur leur propres terres. Construit comme un conte, où la naïveté de ton contraste avec l’horreur décrite, ce…

Voir l’article original 674 mots de plus

A propos PetitFilms

Je suis un photographe et cinéaste français et uruguayen.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s